ZOOM SUR LE SECTEUR INDUSTRIEL AU SENEGAL

ZOOM SUR LE SECTEUR INDUSTRIEL AU SÉNÉGAL

Le secteur industriel au Sénégal est en pleine mutation. Notamment le secteur de l’industrie agroalimentaire ; l’industrie du pétrole et l’agro-business. Cependant, c’est un secteur qui rencontre beaucoup de problèmes du point de vue structurel, organisationnel et opérationnel. En effet, d’une part, près de 80% du secteur industriel est constitué des petites et moyennes entreprises (PME) selon l’Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie (ANSD). D’autre part, 20% de ce secteur est constitué de grandes entreprises (la plus part sont des filiales des firmes multinationales) dont le chiffre d’affaire dépasse les cinq milliards de Francs CFA.

Facteur structurel
L’Etat du Sénégal à travers son programme Plan Sénégal Emergent (PSE), ambitionne de faire du Sénégal un pays émergent d’ici 2030. D’ailleurs, plusieurs secteurs comme celui des infrastructures et du BTP sont en pleine transformation. Mais aussi, le secteur de l’agriculture avec l’amélioration des méthodes et techniques de production qui ont contribué à  l’augmentation de la productivité et des récoltes. Notamment, dans la production de l’arachide et du riz avec des productions record de 1.411.574 tonnes (arachide) et 1.015.334 tonne (riz) en 2018 selon ANSD.

Cependant, cette ambition du PSE est dépourvue d’une vision stratégique globale pour le secteur industriel. Car c’est un secteur où la transformation et la distribution de la production agricole reste encore défi à relever. Par exemple, la transformation de l’arachide reste encore très limitée à un seul produit dérivé : l’huile. Une vision globale du secteur industriel pourrait permettre non seulement, d’améliorer les méthodes et techniques de production. Mais aussi, de booster la transformation des produits agricoles afin d’augmenter la valeur ajoutée et de développer des réseaux de distribution très performent. Ce qui permettrait  de diversifier les produits transformés, de satisfaire le marché local et  de booster les exportations.

D’ailleurs, c’est l’une des conditions incontournables pour l’équilibre de la balance commerciale qui est essentiellement déficitaire. De plus, la forte pression fiscale, qui représente en moyenne près de 20% (DGID), constitue un goulot d’étranglement pour les entreprises industrielles ainsi que les coûts logistiques.

En effet, l’Etat exerce une forte pression fiscale sur les entreprises à travers les impôts et les taxes. Cette pression fiscale, est un véritable frein au développement du tissu industriel sénégalais. Au regard du secteur industriel qui est constitué essentiellement de 80%  des PME et Groupements d’Intérêt Economique (GIE) et qui  sont peu structurés  sur le plan organisationnel.

Facteur organisationnel et Opérationnel
 

Certes, les difficultés rencontrées par les entreprises sont liées aux facteurs exogènes comme nous l’avons remarqué ci-dessous. Mais aussi, ces difficultés sont surtout liées aux facteurs androgènes, qui sont axées essentiellement sur la structure organisationnelle et opérationnelle de ces entreprises.
• Une gestion axée sur le gérant
La gestion des entreprise industrielle (la plupart étant constituées des PME et des GIE) est centrée sur le gérant. Dans ce type d’organisation, la gérante ou directeur général a plusieurs casquettes : il est à la fois gérant, responsable de la production ; de la technique ; des achats ; de la logistique et distribution ; du marketing…

Type d’organisation qui est rapidement limité dans le temps quand l’environnement économique se dynamise. Car la problématique de planification, de coordination, de pilotage des processus de la supply chain se posent très rapidement. Dans la mesure où  la particularité des entreprises industrielles est qu’elles ont pour vocation s’approvisionner en matières première, de produire, de stocker et de distribuer  et de gérer le service après-vente. Mais aussi, d’avoir une bonne gestion des plannings de la  maintenance.

D’ailleurs, l’un des challenges majeurs à relever dans ce cas de figure, est d’implémenter une « gestion synchronisée » de la logistique des approvisionnements, logistique de la production, le management de la maintenance, la logistique de la distribution et la reverse logistique. Cependant, la problématique qui se pose c’est de savoir comment à travers le pilotage des processus, une entreprise industrielle sur le plan organisationnel peut être performante.
• Le management de la Supply Chain : la solution !
La problématique de pilotage du processus de la planification, la coordination  où synchronisation entre les différentes fonctions de la chaîne logistique dans une entreprise industrielle ne peut être résolue que par le management de la Supply Chain. D’ailleurs, de grandes firmes multinationales Nestlé, Toyota, France Télécoms, Airbus, s’appuient sur une supply chain pointue et performante pour booster le chiffre d’affaire.
Cependant, dans le contexte africain en général et sénégalais en particulier, la plus part des entreprises ne prennent pas en compte le management de la Supply Chain sur le plan structurel. Notamment les entreprises industrielles, où leurs faiblesses résident dans la difficulté à coordonner et à créer le lien entre les différentes fonctions de leurs chaines logistiques.

D’ailleurs, dans la plus part des cas, les ruptures de la chaine d’approvisionnement sont liées au manque d’efficacité dans  le management de la Supply Chain. C’est pourquoi, plusieurs entreprises qui ont pris conscience  de ce facteur, ont beaucoup investies dans le management de leur Supply Chain. Ainsi, des groupes comme France Télécoms, qui a une supply chain groupe très avancée, n’a pas hésité à implémenter dans ses filiales la politique Supply Chain de son groupe à travers un  « projet de transformation supply chain ». Avec pour objectif de transformer l’organisation de ses filiales et d’avoir des directions supply chain très performantes.

Au regard de tout ce qui précède, les entreprises industrielles, pour surmonter leurs difficultés et booster leur chiffre d’affaires, doivent miser sur une Supply Chain performante. Et prendre en compte le management de la Supply Chain dans leur organisation afin d’avoir une synergie entre les différentes fonctions de leur chaine logistique et de mieux piloter les indicateurs de performance.

Professionnel en Supply Chain à la SOBOA

 

Symplice NGOMOU

Derniers magazines

FEVRIER 2019
CoverAlm15
NOVEMBRE 2018
alm14
SEPTEMBRE 2018

pubs

Suivez-nous sur twitter