Sophie Diouck, première conductrice de bus au Sénégal

Par thierno - 6 mars, 2019 - 21:42

Les passagers qui prennent le bus de Dakar dem dikk, sur la ligne 218, et qui découvrent cette femme au volant ont tous la même réaction : surprise, admiration et enfin respect après quelques minutes de trajet.

Devenir première femme conductrice de bus de transport en commun demande un énorme courage dans un pays où certains métiers sont une chasse gardée pour les hommes. Mais pour cette amoureuse de la mécanique et des voitures, s’assoir derrière un volant aussi imposant n’a pas été un choix difficile. Elle raconte :

« J’ai toujours aimé la mécanique et les voitures. Au départ, j’étais mécanicienne, mais j’ai très tôt été attirée par le volant car mes clients qui venaient au garage dépanner leurs voitures faisaient appel à mes services pour les déplacements. Par la suite, ils m’ont incité à me reconvertir en chauffeur ».

Malgré quelques appréhensions, elle décide quand même de tenter sa chance en postulant au niveau de la société Dakar dem dikk.

« J’ai conduit des poids lourds et toutes sortes de véhicules avant de devenir chauffeur de taxi. Dans les rues de Dakar, je ne voyais que des hommes au volant des bus. Je me suis dit : pourquoi pas moi ? Au début, certains essayaient de me décourager en me disant qu’ils ne prennent pas de femmes, mais malgré tout j’ai toujours cru que je pouvais y arriver et aujourd’hui j’y suis », poursuit-elle.

Les passagers ne manquent jamais de lui demander une photo souvenir et ne tarissent pas d’éloges sur sa conduite et son self-contrôle au volant durant les trajets.

par Eva Rassoul

Le saviez-vous ?

Un Incoterm

C’est un contrat commercial qui détermine les conditions de répartition des frais, risques et...

La logistique 4.0, c’est quoi ?

Entendue pour la première fois en 2011 lors du salon IAA d’Hanovre, la notion de « ...

Un Terminal portuaire

C’est en quelque sorte un « petit port » à l’intérieur du port, muni d’installations spécifiques...