Piraterie, enlèvements… Le Golfe de Guinée reste la zone maritime la plus dangereuse du monde

Par ediallo - 27 janvier, 2021 - 22:09

Dans son bilan annuel, le Mica Center établit, « au cours de l’année 2020, une légère tendance à la hausse de l’insécurité dans le domaine maritime ».

« Les faits relevés par le Mica Center, au cours de l’année 2020, établissent une légère tendance à la hausse de l’insécurité dans le domaine maritime », résume l’amiral Pierre Vandier, chef d’État-major de la Marine nationale, en préambule de son second bilan annuel depuis sa création, en 2016.

Dans les sous-sols du château de Brest, hébergé par la préfecture maritime de l’Atlantique, le centre français d’information maritime, de coordination et d’alerte (Maritime Information cooperation and Awareness, ou Mica Center) emploie une trentaine d’experts de la Marine nationale et de marines partenaires.

Alertes en temps réel

Leur rôle est de veiller sept jours sur sept et 24 heures sur 24 sur la sûreté maritime mondiale, de traiter et diffuser les alertes en temps réel. Une veille plus que jamais nécessaire à l’heure où, comme le rappelle l’amiral Vandier, « le transport maritime achemine autour de la planète près de 90 % du volume des marchandises qui alimentent le commerce international ».

Et même si les experts de l’Onu estiment à 4 % la contraction de ce trafic maritime global en raison de la pandémie mondiale de coronavirus.

Si le nombre d’actes de piraterie (commis en haute mer, hors des eaux territoriales) et de brigandage (dans les eaux intérieures, archipélagiques ou la mer territoriale d’un État) maritimes se maintient dans la moyenne des cinq années précédentes, avec 375 événements reportés dans le monde, « il reste près de deux fois inférieur aux sommets atteints en 2011, au plus fort des attaques au large de la Somalie », souligne le Mica Center.

Efforts du Nigeria

Pour l’année 2020, le Mica Center constate une légère hausse du nombre d’attaques relevées dans le golfe de Guinée, considéré comme la région la plus dangereuse du monde, « malgré les efforts du Nigeria et des pays États riverains ».

Si le golfe de Guinée borde les deux plus grands pays producteurs de pétrole d’Afrique, le Nigeria et l’Angola, les pirates y interviennent désormais du large du Ghana jusqu’à la Guinée équatoriale.Et sont passés des attaques contre des pétroliers aux enlèvements de marins contre rançon, plus lucratifs.

Détroits de Malacca et de Singapour

Si le Mica Center se veut rassurant, le Bureau international maritime s’inquiète, lui, d’une progression significative du nombre d’enlèvements dans la zone, et appelle « les pays d’Afrique de l’Ouest à y renforcer les patrouilles ».

Dans l’océan Indien, le nombre d’événements reste faible, en dépit d’une recrudescence des vols au mouillage dans le golfe du Bengale. Et en Asie du Sud-Est, comme en 2019, les détroits de Malacca et de Singapour demeurent les lieux de fixation d’un brigandage qui ne faiblit pas.

Enfin, l’Amérique latine connaît de nombreux vols dans les grands ports de commerce tandis que la navigation de plaisance demeure la cible de voleurs qui sévissent sur l’ensemble de l’arc antillais.

Gaël HAUTEMULLE

Le saviez-vous ?

Blockchain

La blockchain est une technologie de stockage et de transmission d’informations, transparente,...

La logistique 4.0, c’est quoi ?

Entendue pour la première fois en 2011 lors du salon IAA d’Hanovre, la notion de « ...

Un Incoterm

C’est un contrat commercial qui détermine les conditions de répartition des frais, risques et...