Nous avons encore des marges de manœuvre significatives pour améliorer la rentabilité.

E.H: Nos 10,9% de croissance sont principalement le résultat du démarrage des 21 nouveaux dossiers que nous avons gagnés depuis 1 an. De plus, l'effet volume et prix des dossiers existants a été positif. La croissance de notre entreprise repose d'abord sur la croissance organique qui est soutenue par la forte priorisation des investissements en logistique de nos grands clients. 74% des directeurs supply chain de nos grands comptes considèrent que leur entreprise a mis ce sujet parmi leurs enjeux principaux dans les années qui viennent.

E.H: Un contrat logistique, c'est une relation longue entre un client et un prestataire qui se noue. Le gagner, c'est d'abord gagner la confiance du client dans le long terme. Il faut qu'il soit convaincu qu'il choisit le bon partenaire capable d'accompagner sa stratégie dans la durée, au-delà du dossier technique. Capacité et rapidité de décision, solidité financière, transparence sont donc les atouts majeurs de notre entreprise. Ensuite, le dossier technique doit être innovant et proposer une solution technique compétitive, flexible mais aussi robuste. C'est la mission de notre département R&D.
 

E.H: Hors IFRS 16, celle-ci a progressé de 15,4% et de 31% en IFRS 16. Nous avons encore des marges de manoeuvre significatives. La première consiste à maîtriser encore davantage nos coûts de démarrage, la seconde à avoir une taille unitaire plus importante dans chaque pays afin de mieux absorber nos coûts de structure. Nous absorbons nos coûts de structure cibles au bout d'une dizaine de sites par pays, ce qui n'est pas encore le cas dans les 18 pays où nous sommes présents. Enfin, nous mettons toujours davantage l'accent sur l'innovation afin de proposer des solutions à valeur ajoutée à nos clients et à plus forte rentabilité pour nous.
 

E.H: Nous avons structuré notre approche cette année avec la création d'un département M&A afin d'avoir une démarche plus systématique d'analyse des dossiers que nous regardons. Nous étudions plusieurs opérations et j'espère que certaines d'entre elles pourront aboutir.
 

E.H: Nous avons deux critères principaux : une acquisition doit apporter un savoir-faire nouveau au Groupe à partir duquel nous avons la capacité d'enclencher une politique de développement commercial dans l'ensemble de nos pays. Cela a été le cas avec l'acquisition de CEPL en 2013 qui nous a permis de rentrer de plein pied dans l'e-commerce et la cosmétique. Une acquisition externe peut également nous apporter un renforcement géographique dans des pays où nous n'avons pas la taille critique. C'est ce que nous avons fait fin 2016 en reprenant le groupe Logiters en Espagne et Portugal et en devenant le numéro 2 du marché.
 

L'invité

Éric Hémar, PDG d'ID Logistics Group.