Le recul du fret aérien mondial se confirme de mois en mois

Par thierno - 19 novembre, 2019 - 22:47

Le fret aérien a connu un neuvième mois de recul consécutif en juillet 2019. Si l’Asie-Pacifique est le continent le plus touché, l’Afrique et l’Amérique latine restent, néanmoins, en positif.

Les mois se suivent et se ressemblent pour le fret aérien. Constituant la parfaite traduction du ralentissement économique mondial, ce secteur a, en effet, enregistré un neuvième mois de baisse consécutif en juillet 2019. Le recul a été de 3,2 % au cours de ce mois. Au global, le fret a chuté de 3,5 % au cours des sept premiers mois de l’année 2019 selon des données chiffrées communiquées par l’Association internationale du transport aérien (IATA).

Les taux de chargement ne sont pas plus favorables puisqu’ils baissent de 2,7 % en juillet à 45 % seulement. Ce chiffre est à mettre en parallèle avec l’augmentation de capacité qui, dans le même temps, a été de 2,6 %.

Baisse plus modérée en Europe et en Amérique du Nord

Pour autant, les chiffres sont contrastés suivant les Régions du monde. Le Moyen-Orient s’est inscrit en baisse de 5,5 % en juillet, l’Asie-Pacifique ne faisant que guère mieux avec moins 4,9 %. Les chutes sont, en revanche, plus modérées en Europe (- 2 %) et en Amérique du Nord (- 2,1 %). Au chapitre des hausses, l’Afrique continue de bien se porter avec une croissance de près de 11 %.

L’Amérique Latine a, pour sa part, enregistré une progression de ses tonnes/kilomètres transportées de 3 %. Ces deux continents sont d’ailleurs les seuls à progresser avec respectivement 4,9 % et 1,3 % au cours des sept premiers mois de l’année 2019.

Au plan du trafic des principaux aéroports, tous sont en baisse à l’exception de Miami qui croit de 0,5 % sur la période étudiée. Paris-CDG recule, en revanche, de 2,2 % et Francfort de 1,9 %. Commentant ces résultats, le directeur général de l’IATA, Alexandre de Juniac, ne peut que déplorer que "les tensions commerciales continuent de peser fortement sur l’industrie du fret aérien toute entière."

Les compagnies prennent des mesures

Dans ces conditions, les compagnies aériennes sont contraintes de prendre des mesures pour faire face à ces besoins en baisse persistants. En prolongement des mesures de réductions de capacité déjà annoncées par FedEx, Lufthansa Cargo lui emboite le pas.

La compagnie germanique vient, en effet, de révéler qu’elle accélérerait la sortie de flotte des triréacteurs MD-11F. Alors qu’elle avait prévu de conserver ce type d’appareil au sein de sa flotte jusqu’en 2024, elle a, à présent, décidé de s’en séparer d’ici fin 2020 ou début 2021.

Les mesures sont, en revanche, plus drastiques au sein des compagnies AirBridge Cargo et CargoLogicAir. Elles ont fermé un total de 11 routes le 1er novembre 2019. Trois autres lignes servies par AirBridge Cargo ont, par ailleurs, été "re-routées". Avec une conséquence au plan des aéroports français et plus précisément de Paris-CDG.

L’escale parisienne qu’effectuait un appareil de la compagnie sur la liaison Leipzig-Moscou a été supprimée, la ligne devenant directe.

Le saviez-vous ?

La logistique 4.0, c’est quoi ?

Entendue pour la première fois en 2011 lors du salon IAA d’Hanovre, la notion de « ...

Un Terminal portuaire

C’est en quelque sorte un « petit port » à l’intérieur du port, muni d’installations spécifiques...

Un Incoterm

C’est un contrat commercial qui détermine les conditions de répartition des frais, risques et...