La future ligne ferroviaire Marrakech-Agadir avait suscité l’intérêt de la Chine

Par thierno - 13 novembre, 2019 - 12:08

Le projet s’inscrit parfaitement dans leur initiative "La ceinture et la route" et le Maroc se positionne comme partenaire privilégié pour cette initiative.

La future ligne ferroviaire Marrakech-Agadir avait suscité l’intérêt de la Chine

Suite au discours royal du 6 novembre 2019, à l’occasion du 44e anniversaire de la Marche verte, et son appel à la réalisation d’une ligne ferroviaire entre Marrakech et Agadir, le projet est définitivement à l’ordre du jour. Mais alors que plusieurs études avaient été réalisées, le discours royal change malgré tout la donne: il n'est plus possible de concevoir une ligne ferroviaire Marrakech-Agadir comme un projet isolé.

Le Roi veut que le Souss Massa assume bien sa position centrale dans la géographie marocaine. La future ligne doit s'y adapter.

En attendant, voici le point sur les études et l'état d'avancement d'un projet qui avait suscité fortement l'intérêt des Chinois.

Pourquoi la Chine

L’idée d'une liaison ferroviaire Marrakech-Agadir n’est pas nouvelle mais la volonté de sa concrétisation est prise plus au sérieux depuis la visite du Roi Mohammed VI en Chine en mai 2016. Cette visite s’était distinguée par l’établissement d’un partenariat stratégique entre les deux pays.

Plusieurs conventions économiques furent signées alors dont l’une relative aux infrastructures ferroviaires. Ce qui témoigne de l’intérêt que les deux parties portent à ce secteur.

Les choses n’ont pas traîné puisque dès le 21 juin 2016 une délégation chinoise composée notamment de membres de China Railway, entreprise publique chinoise qui fournit des services de transport ferroviaire de passagers et de fret, arrivait au Maroc pour une visite sur le terrain entre Marrakech et Agadir, afin d’étudier le relief et la faisabilité technique d’une éventuelle liaison ferroviaire.

S’en est suivie une rencontre entre les responsables marocains et chinois avec la visite au Maroc d’une 2e délégation chinoise plus importante le 14 décembre 2016. De son côté, le DG de l’ONCF Rabie Lakhlie s’est réuni à la mi-février 2017 sur le même sujet avec les autorités locales de la région d’Agadir.

Depuis, ce dossier a toujours été présent dans la cadre de la mise en œuvre de ce partenariat stratégique entre les deux pays. En effet, lors de la visite en Chine de du ministre des Affaires étrangères et de la coopération, Nasser Bourita, et sa rencontre avec son homologue chinois Wang Yi, en marge du 8e sommet sino-arabe, les deux parties ont réaffirmé leur volonté de développer la coopération dans les domaines des zones industrielles, des ports, de la 5G et encore des chemins de fer.

Plus récemment, en avril 2019, à l’occasion de la tenue du 2e forum "La ceinture et la route", initiative chinoise pour constituer un réseau de commerce, d’investissement et d’infrastructures avec l’Europe et l’Afrique, le ministre marocain des Affaires étrangères et de la coopération, a déclaré que le Maroc était prêt à coopérer avec la Chine en matière de commerce, d’investissement et de construction ferroviaire, ajoutant que les entreprises chinoises sont les bienvenues, non seulement au Maroc, mais aussi pour y trouver un tremplin vers l’Afrique.

Du côté de l’ONCF, on reste peu loquace sur la ligne ferroviaire entre Marrakech et Agadir, en dehors du fait que le projet s’inscrit dans le cadre du programme ferroviaire 2040.

En revanche, ce qui parait clair c’est que l’Office ne peut plus investir dans les infrastructures en raison de son taux d’endettement qui a atteint 148% de ses fonds propres. L’Etat devrait donc prendre la relève.

Le saviez-vous ?

Un Terminal portuaire

C’est en quelque sorte un « petit port » à l’intérieur du port, muni d’installations spécifiques...

Blockchain

La blockchain est une technologie de stockage et de transmission d’informations, transparente,...

Un Incoterm

C’est un contrat commercial qui détermine les conditions de répartition des frais, risques et...