Investir dans la sécurité routière pour impacter la croissance

Par thierno - 20 mai, 2019 - 14:02

Selon une étude de la Banque mondiale publiée en 2018, les pays qui n’investissent pas dans la sécurité routière pourraient perdre entre 7 et 22% de leur potentiel de croissance du Produit Intérieur Brut (PIB) par habitant sur une période de 24 années.

Les accidents de la route tuent chaque année plus de 12,5 millions de personnes dans le monde et entraînent des conséquences économiques énormes, avec un potentiel humain aussi énorme. Les décès dus à la circulation routière touchent de manière disproportionnée les pays à revenu faible et intermédiaire, où se produisent 90% des décès sur les routes dans le monde, a révélé l’étude intitulée ‘’The High Toll of Traffic Injuries ‘’: Unacceptable and Preventable et financée par Bloomberg Philantropies.

La plus grande partie de ces décès et des handicapés à vie ou de longue durée résultant des accidents de circulation concerne la population en âge de travailler (entre 15 et 64ans).
Le bénin a enregistré 700 morts des suites d’accidents de circulation entre 2015 et 2016, soit deux par jour , selon les chiffres du Centre National  de Sécurité Routière (CNSR), qui souligne toutefois que les jeunes d’entre 15 et 25 ans représentent plus de 50% de morts de ces accidents dans  de grandes villes.

‘’J’ai vraiment l’impression que tout le monde dans ce pays, y compris les piétons et les motos, est toujours pressé. Il faut que les autorités  travaillent dur pour arrêter  cette vague d’accidents de circulation qui déciment nos communautés  et notre main-d’œuvre. Imaginez qu’un matin l’un de vos membres de famille qui travaille et aide la famille devient victime d’un accident de circulation » a indiqué un citoyen béninois résident à Cotonou.
« La sécurité routière a une importance capitale surtout dans de grandes villes comme celle-ci où les chauffeurs roulent trop vite et ne nous donnent pas, nous les piétons, la chance de traverser », s’est lamenté un autre citoyen béninois.

Ainsi réduire le nombre de décès et blessures causés par les accidents de circulation pourrait générer des gains de revenu substantiels à long terme pour les pays à revenu faible et intermédiaire, a démontré le rapport cité-ci-dessus.

Alors se pose une question pertinente : Que faire ?

«Les autorités municipales doivent respecter leurs engagements en matière de réduction des décès en allouant directement des fonds à l’amélioration de la sécurité routière. En plus de l’impératif éthique de sauver des vies, cet investissement est économique : les routes dangereuses génèrent des coûts en vies perdues et en productivité, ainsi que des impacts négatifs sur le développement », a souligné Anna Bray Sharpin Chercheuse au World Ressources Institute (WRI).

Des études montrent également qu’au lieu de construire des autoroutes urbaines coûteuses les autorités feraient mieux d’investir dans des rues bien conçues dotées de transport en commun et d’infrastructures pour piétons et cyclistes, a renseigné le WRI.

Très peu de conducteurs de motos et de véhicules respectent le code de la route, surtout le fameux ‘’Roulez à droite’’. De mesures telles que, entre autres, l’installation d’appareils de surveillance, la réduction de la conduite sous l’alcool, la confiscation du permis de conduire pour les cas de conducteurs ivres, la réduction de limitation de vitesse, l’utilisation de la ceinture de sécurité, la redistribution de l’espace de circulation et la prohibition d’utiliser le téléphone portable pendant la conduite doivent être prises en vue de sauver des vies et protéger le capital humain.

Toutes ces mesures doivent être inculquées par le biais des campagnes de sensibilisation.

En utilisant des données détaillées sur les décès et les indicateurs économiques de 135 pays, l’étude de la Banque mondiale estime qu’en, moyenne une réduction  de 10% des décès sur les routes augmente le PIB réel par habitant de 3,6%  sur une période de 24 ans.

Kossi Djifa GANKE Maître Logisticien/ Correspondant ALM Togo/ Bénin
 

Le saviez-vous ?

La logistique 4.0, c’est quoi ?

Entendue pour la première fois en 2011 lors du salon IAA d’Hanovre, la notion de « ...

Un Terminal portuaire

C’est en quelque sorte un « petit port » à l’intérieur du port, muni d’installations spécifiques...

Blockchain

La blockchain est une technologie de stockage et de transmission d’informations, transparente,...