Interview de Slim Lamine: Directeur Régional de Jungheinrich Export AG & Co. KG (Allemagne)

Si nous considérons ce terme du côté de l'étymologie, l'intralogistique est composé du préfixe « intra- » qui vient du latin et signifie « à l'intérieur de » et de logistique.

Il s’agit donc de la logistique interne qui a lieu dans une zone déterminée. En fonction du contexte, cette zone peut être par exemple une usine, un entrepôt, un port, un aéroport etc.
Suivant cette logique, le transport de marchandises entre les villes ou les pays, qui se déroule à plus grande échelle, ne fait plus partie de l’intralogistique.

En bref : L’intralogistique est l’art de mettre à disposition les bonnes marchandises au bon endroit et au bon moment.

Il existe un très large éventail d'applications. Nos systèmes sont par exemple utilisés dans le commerce de gros et de détail, les denrées alimentaires et les boissons, l’industrie automobile, le secteur pharmaceutique etc.
Beaucoup de gens ont par exemple déjà vu nos chariots dans des supermarchés ou récemment à la télévision en train de transporter les vaccins contre la COVID.

Certaines personnes pensent par erreur que l'intralogistique est limitée aux flux physiques. En pratique, cependant, les flux de données (par exemple concernant le lieu et l’état des marchandises), jouent un rôle essentiel.
Dans le sillage des modèles de l'industrie 4.0 et de la logistique 4.0, le monde sera de plus en plus interconnecté dans les prochaines années.

Ceci est également valable pour l'intralogistique.

La manutention (souvent appelée Material Handling en Anglais) est un terme qui est défini de manière plus étroite que l'intralogistique. Il est souvent utilisé pour décrire des actions spécifiques comme le déplacement ou le levage de marchandises.

De notre côté, nous recommandons à nos clients de ne pas acheter des produits pour leur manutention, mais plutôt des solutions pour des tâches logistiques clairement définies.

Le client doit uniquement décrire le « défi logistique » à résoudre. Nous lui proposerons deux ou trois solutions et recommanderons la plus appropriée d’entre elles.

Pour vous donner une idée : Nous avons plus de 600 modèles de chariots dans notre gamme, sans compter les systèmes de rayonnage et les logiciels. Peu importe le défi, la hauteur de levage, la nature du sol ou la distance à parcourir, nous avons sûrement une solution adaptée aux besoins de nos clients.
 

Le marché de l'intralogistique en Afrique, est un marché en pleine croissance. Celle-ci est stimulée par la croissance démographique et par l'augmentation du pouvoir d'achat.

La vitesse de croissance varie toutefois selon le pays. Il y a une tendance évidente que l'intralogistique des pays côtiers se développe plus rapidement que celle des pays enclavés.

En général, l'intralogistique en Afrique se caractérise par un pourcentage élevé de chariots thermiques (alimentés principalement par le diesel ou le gaz) et une part importante d'étapes manuelles.

Cela conduit à deux axes de développement importants :

  1. Électrification : Cela signifie que les chariots thermiques seront remplacés par des chariots électriques alimentés par des batteries au plomb ou au lithium-ion. Surtout dans des secteurs comme l’agroalimentaire, la santé et l'industrie pharmaceutique, les effets nuisibles des chariots thermiques doivent être rapidement éliminés. L'électrification contribuera également à l'amélioration de l'impact environnemental. Nous croyons fermement à l'intralogistique verte et faisons désormais partie de l'initiative « 50 Sustainability & Climate Leaders ».
  2. Digitalisation : L’intralogistique est encore très orientée vers le « hardware » (Chariots, palettes, rayonnage etc.) en Afrique. L'importance de la partie « software » se développera rapidement à l’avenir (Pour ne citer que quelques exemples : Gestion de flotte, système de gestion d'entrepôt (WMS), interfaçage entre les chariots et les WMS, navigation « GPS dans les entrepôts »).

L'harmonisation entre les flux physiques et les flux de données augmentera la productivité et préparera le terrain à la semi-automatisation et, plus tard, à l'automatisation complète.

Il existe différents types de sessions de formation concernant l'intralogistique en Afrique.

Les fabricants proposent par exemple des formations à la vente et au service après-vente (SAV) à leurs distributeurs. Les clients peuvent également être formés à l'entretien de base des chariots élévateurs.

Il existe également des formations pour les caristes (similaires au CACES en France) ainsi que des formations en matière de qualité, hygiène, sécurité, environnement (QHSE), qui sont à mon avis très importantes.

L'offre de formation en ligne (E-Learning) connaît une croissance très rapide, stimulée par la pandémie de la COVID. Elle présente plusieurs avantages, comme par exemple la possibilité d’apprendre partout et à tout moment, mais dans certains domaines elle a encore des limites : Les techniciens SAV préfèrent ainsi les formations pratiques qui leur permettent de toucher, contrôler et réparer les engins aux formations derrière l’écran de leur PC.

L'invité

Slim Lamine a suivi des études de génie électrique et de technologie de l'information à l'Université technique de Munich et a obtenu un Master en Sales & Marketing.

Après avoir occupé divers postes dans la vente technique, Slim Lamine a rejoint Jungheinrich Export AG & Co. KG à Hambourg, où il a pris la responsabilité des marchés africains.

Au cours de sa carrière, Slim Lamine a réalisé des projets intralogistiques innovants avec des équipes internationales et dans des environnements complexes.

Fondé en 1953, Jungheinrich est la référence de l’intralogistique. Avec une gamme complète d’équipements de manutention, de systèmes de stockage et de services, Jungheinrich offre aux clients des solutions personnalisées afin de les aider à relever le défi de l’industrie 4.0.