Fret ferroviaire : le triage de Miramas est relancé

Par ediallo - 19 mai, 2021 - 08:56

Le bouclage d’un plan de financement de 16,7 millions d’euros va permettre de donner un nouvel avenir au triage de Miramas. C’est un gage qui est ainsi donné à la relance du wagon isolé. Le triage de Miramas profite assurément du soutien de l’Etat au wagon isolé.

Stratégiquement positionnée en amont de la zone industrialo-portuaire de Fos-sur-Mer, cette installation va, en effet, bénéficier d’un investissement de 16,7 millions d’euros (M€) pour sa régénération.

L’Etat, plus gros contributeur

C’est l’Etat qui en apportera la plus grosse quote-part avec un montant de 7,1 M€ d’ici à 2025. Cette somme sera engagée dans le cadre du plan de relance national consacré au fret ferroviaire. SNCF Réseau apportera, pour sa part, 5 M€ à la même échéance.

La Métropole Aix-Marseille-Provence et le Département des Bouches-du-Rhône contribueront, de leur côté, pour un montant de 3 M€. Enfin, la Région Provence-Alpes-Côte-d’Azur participera à cette mobilisation financière à hauteur de 1,6 M€ sur les exercices 2021 et 2022.

Pour l’heure, les diagnostics en toujours en cours. Ils devraient permettre d’aboutir à la finalisation du dossier d’investissement à l’automne 2021, la signature de la convention de financement avec l’Etat et les collectivités concernées étant attendue avant la fin de cette même année.

Un trafic à faire repartir

Faisant partie des cinq sites français dotés d’équipements de tri à la gravité permettant de composer des trains de wagons industriels, dits wagons isolés, le triage de Miramas a vu son activité littéralement s’effondrer au cours des deux dernières décennies.

D’un trafic de plus de 2 200 wagons triés chaque jour en 2000, ce même trafic ne dépasse pas aujourd’hui les deux cents wagons. Miramas est devenu, conséquemment, l’un des sites les plus faibles en termes d’activité de tri en recourant, à cette fin, à une bosse et à des freins de voie.

Il se rattrape, toutefois, en ayant une importante activité de tri de wagons Matières Dangereuses (plus d’un tiers des wagons triés). Le contexte économique du site conduit à un déficit annuel de plus de 2 M€ pour SNCF Réseau depuis plusieurs années.

En outre, depuis fin 2017, le gestionnaire des infrastructures ferroviaires investit environ 2 millions d’euros / an pour maintenir le site en activité malgré sa vétusté.

À la faveur du choix du scénario de régénération – parmi les trois envisagés initialement – le plus ambitieux, le triage de Miramas (79 voies au total pouvant admettre des trains de 750 m de long) sera ainsi armé pour répondre à de nouveaux besoins découlant d’un recours accru au rail.

Parmi les derniers projets en date figure la création par la métropole précitée d’un service public de fret ferroviaire sous la bannière de RDT13.   Fret SNCF pourrait donc bien ne pas rester longtemps encore la seule entreprise ferroviaire utilisatrice de ce triage à la gravité.  

OLIVIER CONSTANT

Le saviez-vous ?

Un Terminal portuaire

C’est en quelque sorte un « petit port » à l’intérieur du port, muni d’installations spécifiques...

Un Incoterm

C’est un contrat commercial qui détermine les conditions de répartition des frais, risques et...

La logistique 4.0, c’est quoi ?

Entendue pour la première fois en 2011 lors du salon IAA d’Hanovre, la notion de « ...