Crash en Indonésie : un moteur remonté à la surface

Par ediallo - 11 janvier, 2021 - 09:58

Un de moteurs du Boeing 737-500 de la compagnie aérienne Sriwijaya Air, qui s’est abimé samedi en mer de Java avec 62 personnes à bord, a été remonté à la surface. Les recherches ont repris ce lundi matin, notamment pour tenter de récupérer les boites noires localisées hier.

L’Agence nationale de recherche et de secours BASARNAS a diffusé le 11 janvier 2020 des images d’une partie de l’un des CFM56-3B1 de l’avion de la compagnie indonésienne qui s’est écrasé en mer samedi, peu après son décollage de l’aéroport de l’aéroport de Jakarta-Soekarno Hatta, alors qu’il effectuait le vol SJ182 à destination de Pontianak dans l’île de Bornéo.

Il s’agit du plus gros débris récupéré de l’endroit où l’avion s’est écrasé, à environ 23 mètres de profondeur. D’autres pièces et restes humains ont été remontés à la surface, et la reprise des recherches ce matin devrait se concentrer sur la récupération des deux enregistreurs de vol, seuls à même d’expliquer l’accident et qui ont été localisés hier selon les autorités.

Le vol SJ182, retardé d’une demi-heure à cause des fortes pluies, a disparu des écrans radar le 9 janvier 2021 quatre minutes après son décollage de Jakarta. A bord se trouvaient 56 passagers indonésiens dont sept enfants, trois bébés et six membres d’équipage de la compagnie aérienne, ainsi que les deux pilotes et quatre PNC opérant le vol.

Sa descente rapide de 10.900 à 250 pieds n’a apparemment été accompagnée d’aucun appel de détresse ; certains témoignages au sol évoquent au moins une explosion entendue au moment de l’accident. Un des enquêteurs a évoqué une désintégration de l’appareil à l’impact avec l’eau, les débris semblant répartis sur une zone relativement restreinte.

Le 737-500 immatriculé PK-CLC était entré en service en mai 1994 chez Continental Airlines, avant de passer sous pavillon United Airlines en octobre 2010. Il avait rejoint la flotte de Sriwijaya Air en avril 2012, et était sorti de maintenance en octobre dernier. La flotte de la compagnie indonésienne compte cinq autres 737-500, treize 737-800 et deux 737-900ER.

Ce crash en Indonésie fait suite à celui de Lion Air le 29 octobre 2018, qui avait fait 189 victimes et déclenché le début de la crise du Boeing 737 MAX, et à celui en 2015 du vol QZ8501 d’AirAsia (Airbus A320 disparu en mer, 162 morts) ; le pire accident dans l’histoire de l’Indonésie reste celui de Garuda Indonesia en septembre 1997, quand son A300 s’était écrasé sur une colline lors de son approche de l’aéroport de Medan (234 mort).

Selon ASN, les 697 morts enregistrés durant la dernière décennie (avions militaires et privés inclus, mais avant le crash du vol SJ182) font du pays le pire au monde en termes de sécurité aérienne, devant la Russie, l’Iran et le Pakistan). Les compagnies aérienne indonésiennes avaient été placées sur la liste noire de l’Union européenne jusqu’en 2018.

François Duclos

 

Le saviez-vous ?

Un Terminal portuaire

C’est en quelque sorte un « petit port » à l’intérieur du port, muni d’installations spécifiques...

Un Incoterm

C’est un contrat commercial qui détermine les conditions de répartition des frais, risques et...

La logistique 4.0, c’est quoi ?

Entendue pour la première fois en 2011 lors du salon IAA d’Hanovre, la notion de « ...