Algérie: l'Entreprise nationale de transport maritime de voyageurs a perdu 68 millions $ depuis mars

Par ediallo - 12 décembre, 2020 - 20:55

En cessation d’activités depuis mars, l'Entreprise nationale de transport maritime de voyageurs (ENTMV) cumule déjà $68 millions de pertes. La reprise est tributaire de la levée des restrictions liées à la Covid-19. La flotte vieillissante reste non compétitive et en sous-capacité.

La crise sanitaire de la Covid-19 n’a pas épargné l’ENTMV en Algérie. L’entreprise publique a enregistré une perte de 9 milliards de dinars (68 millions USD) depuis la suspension de ses activités commerciales le 17 mars dernier.

Les chiffres ont été rendus publics par le DG Ahcène Gueraïria, auditionné lundi 7 décembre par la Commission des transports et des télécommunications de l’Assemblée populaire nationale (APN).

« L’entreprise souffre d’une crise financière et rencontre plusieurs difficultés, notamment pour le paiement des salaires des travailleurs, en raison de la suspension des dessertes maritimes », indique un communiqué de l’APN.

Ahcène Gueraïria plaide pour la levée rapide des restrictions et surtout pour un soutien plus prononcé du gouvernement. « La relance de l’activité de l’ENTMV dépendra de l’appui que devra fournir l’Etat ».

Il insiste davantage sur le renforcement des capacités logistiques de l’entreprise qui, jusqu’à présent, restent en deçà de la demande.

La flotte de l’ENTMV comprend actuellement trois ferries, le Tariq Ibn Ziyed, le Tassili et El Djazaïr acquis il y a près de 19 années.

« Cette flotte ne peut pas concurrencer les flottes française et espagnole, notamment au regard de sa faible capacité d’accueil », regrette le patron de l’ENTMV en justifiant l’affrètement d’autres navires durant la saison estivale afin de couvrir le déficit en moyens de transport maritime.

Un nouveau navire de 1 800 passagers est attendu le mois prochain, mais jusque-là, « cette capacité supplémentaire demeure insuffisante », affirme-t-il, rappelant que la densification de la flotte et l’ouverture de nouveaux points maritimes sont les seuls moyens susceptibles « de permettre à la compagnie de s’imposer et de répondre aux attentes de ses clients ».

Romuald Ngueyap

Le saviez-vous ?

La logistique 4.0, c’est quoi ?

Entendue pour la première fois en 2011 lors du salon IAA d’Hanovre, la notion de « ...

Un Incoterm

C’est un contrat commercial qui détermine les conditions de répartition des frais, risques et...

Blockchain

La blockchain est une technologie de stockage et de transmission d’informations, transparente,...