Accord entre l’Italie et la Suisse sur le transport de fret par rail via le col du Simplon

Par ediallo - 17 octobre, 2020 - 20:11

De nouvelles capacités de transport ferrroviaire vont être déployées entre la Suisse et l'Italie via le col du Simplon. Les deux pays se sont mis d'accord sur la circulation de trains transportant des marchandises type remorques de camions, pouvant aller jusqu'à 4 mètres de hauteur. Des travaux seront nécessaires et seraient achevés d'ici 2028. L'investissement sera de 134,5 millions d'euros pour les Suisses et de 103 millions d'euros pour les Italiens.

La Suisse et l’Italie viennent de trouver un accord sur le transport par le rail de marchandises pouvant aller jusqu’à 4 mètres de haut, via le col du Simplon dans les Alpes. L’accord, signé dans le Tessin, par les ministres des Transports des deux pays fin septembre, concerne les liaisons Brig-Domodossola et Domodossola-Novara, via Arona et Sesto Calende.

Côté italien, les travaux d’aménagement seront assurés par l’exploitant du réseau ferroviaire RFI (groupe FS Italiane). La fin des travaux – dont le montant est estimé à 134,5 millions d’euros pour les Suisses et à 103 millions d’euros pour les Italiens – devraient être achevés en 2028.

Un point de passage de marchandises dangereuses

Si 71 % des marchandises traversant la frontière par le Simplon sont acheminées à l’heure actuelle par le rail, 85 000 camions continuent de franchir chaque année ce col situé à 2 000 mètres d’altitude dans les Alpes. Le trajet, réputé dangereux, donne lieu à de nombreux accidents souvent spectaculaires.

Malgré les tentatives de la Suisse de transférer une partie plus importante du trafic de la route vers le rail, le volume des biens transportés par la route a encore augmenté l’an passé de 8,5 % au col du Simplon, tandis que la part du rail a reculé de 3,7 %, suscitant l’inquiétude des riverains et des défenseurs de l’environnement.

"La situation est d’autant plus préoccupante que le col du Simplon est le seul point de passage vers la Suisse par lequel sont transportés les biens dangereux", souligne Mathias Reynard, de l’association Alpen-Initiative.

Les nombreux retards du rail – seuls 42,8 % des trains sont ponctuels, tandis que 28,6 % accusent un retard de plus de trois heures – expliquent en partie le recul du rail sur le trajet. 

NATHALIE VERSIEUX

Le saviez-vous ?

Blockchain

La blockchain est une technologie de stockage et de transmission d’informations, transparente,...

Un Terminal portuaire

C’est en quelque sorte un « petit port » à l’intérieur du port, muni d’installations spécifiques...

La logistique 4.0, c’est quoi ?

Entendue pour la première fois en 2011 lors du salon IAA d’Hanovre, la notion de « ...